5ème édition de VoVf, le monde en livres – J-15 !

Cher-e-s ami-e-s de Tradzibao,

ne pouvant être sur tous les fronts, mais luttant toujours pour faire entendre la belle parole des traducteurs littéraires, j’ai vous ai abandonnés le temps d’un petit détour à Gif-sur-Yvette. C’est là que cela se passe ! Du 29 septembre au 1er octobre, 5ème édition de VoVf, le monde en livres avec une centaine de traducteurs littéraires, de Artozqui Santiago à Zenatti Valérie (petit effet facile, il suffit de regarder la liste des invités).

Dans 15 jours, les festivités commencent à Gif-sur-Yvette avec Alain Mabanckou, parrain du festival qui a invité Dominic Thomas, traducteur de Aimé Césaire, Sony Labou Tansi, Abdourahman Waberi, et Emmanuel Dongala, mais aussi directeur du Département d’Études françaises et francophones à l’Université de Californie à Los Angeles, à venir inaugurer cette 5ème édition, vendredi 29 septembre à 18h30.

Il est de tradition (vieille tradition d’au moins trois ans d’âge…) que le parrain du festival choisisse le film projeté et Alain Mabanckou propose de découvrir la série Quartiers lointains, réalisée par de jeunes cinéastes africains sur le thème « Justice ! » et présentée à Paris, au MK2 Beaubourg le mardi 26 septembre, puis à Gif-sur-Yvette.

Les deux journées du week-end seront bien remplies avec une quarantaine de tables rondes thématiques (« Traduire le corps », « les histoires de Nasr Eddin Hodja », « les mots manquants », « traduire les langues imaginaires », « le reportage littéraire polonais ») ou par langues (Les voix de la Syrie, la littérature tamoule, autrichienne, chinoise, suisse…), des ateliers de découverte des langues (bambara, japonais et LSF), une joute de traduction organisée par l’Atlf, des lectures, des performances multilingues de l’association « Lectures pour Suite », des concerts et beaucoup d’échanges d’idées et de découvertes sur les pelouses du parc, aux terrasses des cafés ou à la libraire Babel du festival.

Attention, il y a quatre tables rondes par tranche horaire de 10h30 à 17h30 et donc l’embarras du choix… Deux solutions, le tirage au sort sur place ou une étude approfondie du programme et la réservation en ligne, qui n’est pas obligatoire, mais très recommandée, car certaines tables rondes sont déjà bien pleines, on vous aura prévenu.

Tout le festival est gratuit et libre d’accès, sauf la projection, le concert et le repas à prix mini, mais tout soutien sonnant et floufloutant est le bienvenu, en versant quelques deniers sur Helloasso ou directement dans la caisse en carton placée à l’accueil du festival.

Rappelons que les bénéfices de la vente des livres à la librairie Babel du festival sont entièrement reversés à l’association Vo-Vf pour l’organisation de la manifestation.

Toutes les infos sur le site, fruit d’un long labeur estival, collectif et enthousiaste.

VOVF 2017

Une citation pour finir, d’Alberto Manguel, qui aurait été fort a propos l’an passé où le festival recevait Maylis de Kerangal et sa traductrice canadienne de « Réparer les vivants », Jessica Moore…

 

 

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.